Ok

By continuing your visit to this site, you accept the use of cookies. These ensure the smooth running of our services. Learn more.

Thursday, 16 May 2019

LES FROMAGES ET MOI, UNE HISTOIRE D'AMOUR

fromaka.jpg

J’avais 3 mois mais je me rappelle très bien. Oui, 3 mois.

Jeune maman, ma mère avait une méthode incroyable pour élever et éduquer ses enfants. A 3 mois, j’étais propre, je portais des culottes sous mes barboteuses et mes petites robes. Je savais exprimer mes besoins.

Je n’ai pas nagé dans mes saletés comme bon nombre de bébés et d’enfants d’aujourd’hui, laissés aux « bons » soins des nounous et trimbalant des couches toute la journée, toute la nuit. C’est de la démission parentale (maternelle) par excellence, alimentée par la paresse et l’ignorance.

Alors, j’avais 3 mois. Mes parents venaient de faire les provisions. Ma mère m’a laissée sur la table, entre les paniers de courses. Là, je ne bougerais pas, de peur de tomber. Elle s’affairait à ranger. Moi, je fouillais dans le sachet en kraft et j’ai trouvé un gros fromage enveloppé de cire rouge. Les fromages, je les reconnais très bien et je les adore. Alors je me suis mis à gratter la cire pour atteindre la chair. Puis, ma mère revenait au dernier paquet, le sachet en kraft. Elle rangeait les bricks de lait, les boîtes de conserve, les pâtes, le café. Puis elle demandait à mon père si ma purée de pomme de terre était prête. Puis, je la voyais arpenter toute la pièce pour chercher quelque chose. Le fromage. Ils ont pensé au chat. Ils allaient et venaient à la recherche du chat. Moi, j’ai compris tous les mouvements, mais je ne voyais rien d’anormal dans ce que j’ai fait. Puis, ma mère revenait vers moi. J’ai agité mes deux petites mains, enduites de cire rouge, mes joues en avaient également pris. Ma mère s’exclamait « mon Dieu, elle a mangé le fromage ! ». Très fière, je lui ai dit toujours en balançant mes deux petites mains « nany, nany » (ndlr, lany, lany (fini, fini)). Ils ont éclaté de rire.

J’ai bouffé 300g de fromage, gros comme ma tête. Alors, tu veux encore de la purée, m’avait-elle demandé. Je n’ai pas dit non. Un bol de purée de pomme de terre, sans fromage.

Je me souviens très bien du coup du fromage, mais vaguement du reste. On m’a raconté certains.

La nuit, j’ai fait une gastro-entérite pas possible ! On l’appelait alors « toxicose ». J’ai été admise à l’hôpital des enfants, anciennement connu « croix-rouge ». C’est ma seule et unique hospitalisation pour vraie maladie. Pour l’instant …

Par ailleurs, j’ai toujours un grand faible pour les fromages. Plus c’est fort, plus j’en raffole. Puis, les pommes de terre à toutes les sauces, la charcuterie et les fruits de mer. Je ne suis pas sucre du tout. Crèmes glacées peut-être, parfum yaourt, et quand j’ai la fièvre …

Alors, si vous voulez me faire plaisir en ce jour de mon anniversaire !

00:00 Posted by Rondro H REGNIER | Tags: fromage | Comments (0) |  Facebook | | | |