Ok

By continuing your visit to this site, you accept the use of cookies. These ensure the smooth running of our services. Learn more.

Tuesday, 24 October 2017

CHERS MAITRES

"Une bonne pirogue est taillée sur le tronc d'un bon arbre qui a poussé sur la bonne terre". C'est ainsi que je traduis ce proverbe malgache, résumant le sentiment d'un enfant reconnaissant.

Je prends un bout de temps pour exprimer ma gratitude à ces quatre personnes que j'ai choisies pour siéger au jury de ma thèse de médecine. Je n'aime pas les gains tirés au sort, je n'aime pas faire semblant pour la forme, je n'aime pas les tricheries, je n'aime pas les solutions de facilité, je n'aime pas la gratuité.

J'aime réussir après avoir travaillé. J'aime lutter même si je sortirai meurtrie. J'ai choisi de faire une étude prospective, au lieu de prendre une matrice aux variables interchangeables. Certains m'ont dissuadée, arguant que le diplôme aurait la même valeur, que le plus tôt serait le mieux. Mais j'ai choisi deux prof réputés pour leur sévérité, pour être mes juges. Ils sont sévères pour le fond et pour la forme, dit-on. Où est l'anomalie ? On parle de thèse de doctorat, n'est-ce pas ? Pas de place pour le laisser-aller. A mon avis.

Alors, j'ai reçu des bonnes notes et les compliments du Professeur Ange Christophe Félix ANDRIANARISOA, et du Professeur Hyacinthe Régis RAJAONA. Je ne remercierai jamais assez le Professeur Olivier RANDRIANASOLO, mon Président de thèse, que j'ai dû aller chercher à Tuléar. Pour l'importante raison que son caractère correct me rassure. Et puis, j'avais un bon rapporteur en la personne du Docteur Philippe GUYON, mon encadreur et chef de service à la clinique infantile de l'hôpital militaire d'Antananarivo.

Je réitère, chers Maîtres, mes chaleureux remerciements.

Honorable assistance, je me félicite de ne pas avoir opté pour la Santé publique, vu l'état actuel des choses en pleine "saison pesteuse" en octobre 2017 ..

Post a comment